Archives par mot-clé : LATTS

Cascade

Servane Gueben-Venière (Labex Futurs Urbains/Université Paris Est)

CASCADE examine la prise en compte des effets de cascade (ou effets dominos) dans les interactions entre la préfecture de police de Paris et ses 250 partenaires lors de la gestion de crises.

La caractéristique essentielle des effets dominos consiste à provoquer des conséquences en chaîne. De façon générale, ces derniers ont été étudiés principalement d’un point de vue technique, en examinant l’aléa déclencheur puis ses conséquences négatives sur les infrastructures critiques. Pourtant d’autres facteurs organisationnels, humains ou culturels peuvent déclencher des effets dominos en situation de crise. Ainsi le premier objectif du projet CASCADE est d’identifier ces facteurs et plus particulièrement d’analyser la façon dont les grands acteurs de la gestion des crises se représentent leur mission et la notion de crise, pour voir quelles répercussions celles-ci peuvent avoir sur leurs pratiques de gestion de crise.

La seconde question repose sur l’interprétation de la caractéristique fondamentale des effets dominos : provoquer des conséquences en chaîne. Si celle-ci a presque systématiquement été associée à des conséquences négatives, elle peut aussi être comprise comme mécanisme positif : en utilisant leur principale caractéristique de provocation de conséquences en chaîne, il est aussi possible d’imaginer des effets dominos positifs qui ne seraient plus subis ou redoutés, mais « activables ». Par conséquent, la seconde question peut se résumer ainsi : les effets dominos peuvent-ils aussi être envisagés comme un outil de gestion pour engager et accélérer le retour à la normale ? L’objectif n’est donc plus seulement de savoir comment éviter un effet domino, mais comment et surtout quand activer son processus pour obtenir l’effet escompté au moment voulu.

Pour répondre à ces deux questions (nature de l’élément déclencheur de l’effet domino et capacité à « actionner » des effets dominos positifs), deux types de crise ont été retenus et observés : les crises à cinétique lente telle la survenue d’une crue majeure de la Seine, qui peut prendre plusieurs jours voire plusieurs semaines pour atteindre le pic de crue (crue de la Seine, du Loing et de l’Yonne en juin 2016) ; et les crises à cinétique rapide telle l’attaque terroriste, qui se joue en quelques minutes voire quelques heures pour les attaques multi-situées (Attentats du 13 novembre 2015 à Saint-Denis et à Paris).

Crisorsec

Laurence Créton-Cazanave (LATTS/Ecole des Ponts Paris Tech),

Le projet CRISORSEC s’intéresse à l’application numérique du même nom,  qui a pour objectif de faciliter les échanges d’information en temps réel et à distance entre tous les partenaires potentiels lors la gestion de crises (privés et publics, répartis sur un grand territoire).
Crisorsec fait l’objet de questionnements internes à la Zone de Défense et de Sécurité sur son utilité, sa forme, ses usages, ses limites et ses effets pervers éventuels. Les discours internes à son propos mettent à jours des lignes de rupture dans la façon de voir le positionnement de la Zone et ses missions.
Articulant sociologie pragmatique et géographie relationnelle, nous avons considéré le dispositif socio-technique Crisorsec dans ses dimensions spatiales et temporelles, comme l’incarnation technique de certains des enjeux de la Zone en termes d’action. Par sa forme, ses usages et les discours qu’il génère, Crisorsec donne une forme saisissable à certaines problématiques qui traversent la Zone et ses relations avec ses partenaires. Afin de saisir l’objet de manière équilibrée, nous avons travaillé à mettre en regard trois dimensions du dispositif :
·      « en principe » : tel qu’il a été pensé, imaginé ;
·      « en pratique » : tel qu’il prend forme dans les environnements techniques et organisationnels de ses utilisateurs ;
·      « en situation » : tel qu’il est mobilisé lors d’événements et des crises.
Pour ce faire, l’étude porte tant sur les documents liés au développement de l’application et les fichiers de connexion (log). Nous avons fait des observations in situ dans des salles de crise ou à distance, au travers de l’application elle-même (notamment pendant les attentats de novembre et la COP21). On rajoute à cela de nombreuses discussions informelles au sein de la zone de défense, et des entretiens avec des producteurs et utilisateurs de Crisorsec. Ces données ont été recueillies lors d’événements prévus (COP 21, Euro 2016…) ou imprévus (notamment lors des attentats du 13 novembre 2015 ). L’analyse des données est en cours et devrait être achevée courant 2017.

Archimède

Ce projet est mené par Jonathan Fayeton, dans le cadre d’un travail de thèse, dirigée par Valérie November et d’Olivier Borraz et financée par l’Ecole des Ponts.

Une crue majeure de la Seine constitue le principal risque dit « naturel » en Île-de-France. Interrompant en grande partie les réseaux qui structurent la métropole francilienne (transports en commun, circulation automobile, électricité, télécommunication, eau, assainissement, chauffage urbain…), un tel événement aurait de lourdes conséquences sur la vie économique, sociale et politique. Pour se préparer à y faire face, les pouvoirs publics et les acteurs privés organisent des exercices de gestion de crise lors desquels ils simulent conjointement une crue et la mise en oeuvre de leurs procédures d’urgence.

Il se joue, au cours de ces exercices, bien plus qu’un simple entraînement des cellules de crise. La connaissance du risque progresse, la sensibilisation du public augmente, la coordination des acteurs impliqués s’améliore. Pendant et en marge du jeu, les acteurs redéfinissent leurs missions, leur périmètres et leurs priorités en temps de crise et en temps normal. L’objectif de ce travail de recherche est ainsi d’étudier les exercices de gestion de crise au delà de la phase de jeu, afin de saisir l’ensemble de leurs effets à l’échelle de la métropole francilienne.

contact : jonathan.fayeton@enpc.fr