Carto-MSGU

 

La cartographie de crise vise à saisir et diffuser l’information géographique la plus actualisée possible pour avoir une vision complète de la crise en temps réel. Elle est à la fois le support de la remontée d’information vers les cellules de crise, un outil d’aide à la décision et un vecteur de redescente ou de diffusion de l’information vers l’ensemble des acteurs et du public. Avec l’essor de la cartographie participative, tous les internautes peuvent apporter la donnée manquante. Et avec les réseaux sociaux, il est possible d’avoir très rapidement un aperçu de la situation avec des médias (images, vidéo) géolocalisés, tout comme de diffuser très largement des messages ciblés à l’intention des populations. Il s’agit de la circulation de l’information en temps réel en situation d’urgence ou de crise, de l’utilisation des supports cartographiques pour diffuser ou traiter cette information, et de l’effectivité de l’ouverture de la gestion de crise à l’ensemble des citoyens.

La première année, ce projet a reposé sur l’observation de plusieurs temps forts : ECOP15 (octobre 2015), attentats de novembre 2015, COP21 (décembre 2015), Hackathon Nec Mergitur (janvier 2016), exercice EU Sequana (février 2016), crue de la Seine de juin 2016, Euro de foot (juillet 2016). La deuxième année doit déboucher sur des recommandations et un prototype ou la rédaction d’un cahier des charges, au regard de la nouvelle application nationale d’alerte, le Système d’Alerte et d’Information aux Populations (SAIP).

Porteur

Samuel Rufat
Maître de conférence en géographie
Habilité à diriger des recherches
Institut Universitaire de France
Université de Cergy-Pontoise
[http://www.parisgeo.cnrs.fr/spip.php?article172&lang=fr]

Crisorsec

Laurence Créton-Cazanave (LATTS/Ecole des Ponts Paris Tech),

Le projet CRISORSEC s’intéresse à l’application numérique du même nom,  qui a pour objectif de faciliter les échanges d’information en temps réel et à distance entre tous les partenaires potentiels lors la gestion de crises (privés et publics, répartis sur un grand territoire).
Crisorsec fait l’objet de questionnements internes à la Zone de Défense et de Sécurité sur son utilité, sa forme, ses usages, ses limites et ses effets pervers éventuels. Les discours internes à son propos mettent à jours des lignes de rupture dans la façon de voir le positionnement de la Zone et ses missions.
Articulant sociologie pragmatique et géographie relationnelle, nous avons considéré le dispositif socio-technique Crisorsec dans ses dimensions spatiales et temporelles, comme l’incarnation technique de certains des enjeux de la Zone en termes d’action. Par sa forme, ses usages et les discours qu’il génère, Crisorsec donne une forme saisissable à certaines problématiques qui traversent la Zone et ses relations avec ses partenaires. Afin de saisir l’objet de manière équilibrée, nous avons travaillé à mettre en regard trois dimensions du dispositif :
·      « en principe » : tel qu’il a été pensé, imaginé ;
·      « en pratique » : tel qu’il prend forme dans les environnements techniques et organisationnels de ses utilisateurs ;
·      « en situation » : tel qu’il est mobilisé lors d’événements et des crises.
Pour ce faire, l’étude porte tant sur les documents liés au développement de l’application et les fichiers de connexion (log). Nous avons fait des observations in situ dans des salles de crise ou à distance, au travers de l’application elle-même (notamment pendant les attentats de novembre et la COP21). On rajoute à cela de nombreuses discussions informelles au sein de la zone de défense, et des entretiens avec des producteurs et utilisateurs de Crisorsec. Ces données ont été recueillies lors d’événements prévus (COP 21, Euro 2016…) ou imprévus (notamment lors des attentats du 13 novembre 2015 ). L’analyse des données est en cours et devrait être achevée courant 2017.

Uncertain

Du fait de la complexité du système socio-technique francilien, en particulier du rôle des réseaux critiques, les perturbations déclenchées par des aléas localisés peuvent devenir systémiques. Ubiquistes et transcalaires, avec des effets décalés dans le temps et l’espace, elles produisent non seulement des dommages matériels colossaux à l’échelle des zones impactées par l’aléa de départ mais sont à l’origine d’une paralysie du système territorial dans son ensemble.

Ce type de risque est illustré par une crue majeure de la Seine et de ses affluents. En cas d’occurrence de ce type d’événement, alors même que la crise paraît inéluctable du fait du caractère limité des solutions de mitigation et de protection, l’imprévisible et l’imprévu ne sont plus conjoncturels mais structurels. Les formes d’incertitudes sont multiples : elles couvrent l’ignorance par manque de données ou d’outils, l’imprévisibilité de certains processus physiques  (par exemple la possibilité de prévoir le déroulé de la crue longtemps à l’avance), l’imprévu ordinaire des crises, mais également l’imprévisibilité structurelle liée à la complexité des systèmes socio-techniques et du système territorial métropolitain qui rend difficile l’anticipation alors même que la crise attendue se prolongera dans le temps.

Le projet UNCERTAIN vise alors à comprendre comment l’incertitude est effectivement prise en compte par les différents acteurs du territoire. Il se concentre en particulier sur l’intégration de cette incertitude dans la planification et sur les adaptations mises en œuvre pendant la gestion et la sortie de crise.

Magali Reghezza-Zitt (ENS Ulm)

Archimède

Ce projet est mené par Jonathan Fayeton, dans le cadre d’un travail de thèse, dirigée par Valérie November et d’Olivier Borraz et financée par l’Ecole des Ponts.

Une crue majeure de la Seine constitue le principal risque dit « naturel » en Île-de-France. Interrompant en grande partie les réseaux qui structurent la métropole francilienne (transports en commun, circulation automobile, électricité, télécommunication, eau, assainissement, chauffage urbain…), un tel événement aurait de lourdes conséquences sur la vie économique, sociale et politique. Pour se préparer à y faire face, les pouvoirs publics et les acteurs privés organisent des exercices de gestion de crise lors desquels ils simulent conjointement une crue et la mise en oeuvre de leurs procédures d’urgence.

Il se joue, au cours de ces exercices, bien plus qu’un simple entraînement des cellules de crise. La connaissance du risque progresse, la sensibilisation du public augmente, la coordination des acteurs impliqués s’améliore. Pendant et en marge du jeu, les acteurs redéfinissent leurs missions, leur périmètres et leurs priorités en temps de crise et en temps normal. L’objectif de ce travail de recherche est ainsi d’étudier les exercices de gestion de crise au delà de la phase de jeu, afin de saisir l’ensemble de leurs effets à l’échelle de la métropole francilienne.

contact : jonathan.fayeton@enpc.fr

Euridice

Euridice est un consortium de recherche rassemblant plusieurs laboratoires de recherches. Travaillant en collaboration avec le Secrétariat Général de la Zone de défense et de Sécurité de Paris (Préfecture de police), il s’intéresse à la coordination des acteurs et des territoires, aux processus de prise de décision, à la circulation de l’information en situation de risque et de crises et à la capitalisation des connaissances à partir d’expériences antérieures.

Équipe de recherche sur les risques, dispositifs de gestion de crise et des événements majeurs