Evacuation

Kenji Kenduki (Université Lyon 3) développe une méthode d’identification, d’évaluation et de cartographie
des populations à évacuer selon des critères
socio-économiques.

Le projet vise à développer, en collaboration avec le bureau planification du SGZDS, une méthodologie sous SIG permettant d’estimer les besoins de prise en charge des populations à domicile, lors d’une évacuation massive. Cette méthodologie  comprend trois objectifs complémentaires : (1) identifier les territoires devant faire l’objet d’une consigne d’évacuation, selon le scénario d’inondation et selon la doctrine d’évacuation retenue ; (2) estimer au sein de ces territoires le nombre de personnes à évacuer, et parmi celles-ci les personnes qui sont susceptibles de ne pas évacuer ; (3) estimer le nombre de personnes qui risquent de ne pas pouvoir trouver un hébergement par leurs propres moyens, et qui doivent donc faire l’objet d’une prise en charge par les dispositifs collectifs d’hébergement d’urgence. L’intérêt de cette méthodologie, du point de vue du SGZDS, est double : (1) développée sous S.I.G. (à l’échelle du bâtiment), elle permet d’identifier dans l’espace les quartiers et communes prioritaires, et donc de répartir sur un plan géographique les moyens à mobiliser par le SGZDS. (2) Elle permet de quantifier les besoins de prise en charge des populations, en termes d’assistance aux évacuations (besoins en transports en commun notamment), mais aussi en termes d’hébergements collectifs. Ces besoins sont fonction de la doctrine d’évacuation de la préfecture de police : la méthodologie permet donc de connaître l’impact de la doctrine sur ces besoins, et de calibrer celle-ci en fonction des résultats obtenus, afin de faire correspondre aux besoins les moyens disponibles.

Cascade

Servane Gueben-Venière (Labex Futurs Urbains/Université Paris Est)

CASCADE examine la prise en compte des effets de cascade (ou effets dominos) dans les interactions entre la préfecture de police de Paris et ses 250 partenaires lors de la gestion de crises.

La caractéristique essentielle des effets dominos consiste à provoquer des conséquences en chaîne. De façon générale, ces derniers ont été étudiés principalement d’un point de vue technique, en examinant l’aléa déclencheur puis ses conséquences négatives sur les infrastructures critiques. Pourtant d’autres facteurs organisationnels, humains ou culturels peuvent déclencher des effets dominos en situation de crise. Ainsi le premier objectif du projet CASCADE est d’identifier ces facteurs et plus particulièrement d’analyser la façon dont les grands acteurs de la gestion des crises se représentent leur mission et la notion de crise, pour voir quelles répercussions celles-ci peuvent avoir sur leurs pratiques de gestion de crise.

La seconde question repose sur l’interprétation de la caractéristique fondamentale des effets dominos : provoquer des conséquences en chaîne. Si celle-ci a presque systématiquement été associée à des conséquences négatives, elle peut aussi être comprise comme mécanisme positif : en utilisant leur principale caractéristique de provocation de conséquences en chaîne, il est aussi possible d’imaginer des effets dominos positifs qui ne seraient plus subis ou redoutés, mais « activables ». Par conséquent, la seconde question peut se résumer ainsi : les effets dominos peuvent-ils aussi être envisagés comme un outil de gestion pour engager et accélérer le retour à la normale ? L’objectif n’est donc plus seulement de savoir comment éviter un effet domino, mais comment et surtout quand activer son processus pour obtenir l’effet escompté au moment voulu.

Pour répondre à ces deux questions (nature de l’élément déclencheur de l’effet domino et capacité à « actionner » des effets dominos positifs), deux types de crise ont été retenus et observés : les crises à cinétique lente telle la survenue d’une crue majeure de la Seine, qui peut prendre plusieurs jours voire plusieurs semaines pour atteindre le pic de crue (crue de la Seine, du Loing et de l’Yonne en juin 2016) ; et les crises à cinétique rapide telle l’attaque terroriste, qui se joue en quelques minutes voire quelques heures pour les attaques multi-situées (Attentats du 13 novembre 2015 à Saint-Denis et à Paris).

Carto-MSGU

 

La cartographie de crise vise à saisir et diffuser l’information géographique la plus actualisée possible pour avoir une vision complète de la crise en temps réel. Elle est à la fois le support de la remontée d’information vers les cellules de crise, un outil d’aide à la décision et un vecteur de redescente ou de diffusion de l’information vers l’ensemble des acteurs et du public. Avec l’essor de la cartographie participative, tous les internautes peuvent apporter la donnée manquante. Et avec les réseaux sociaux, il est possible d’avoir très rapidement un aperçu de la situation avec des médias (images, vidéo) géolocalisés, tout comme de diffuser très largement des messages ciblés à l’intention des populations. Il s’agit de la circulation de l’information en temps réel en situation d’urgence ou de crise, de l’utilisation des supports cartographiques pour diffuser ou traiter cette information, et de l’effectivité de l’ouverture de la gestion de crise à l’ensemble des citoyens.

La première année, ce projet a reposé sur l’observation de plusieurs temps forts : ECOP15 (octobre 2015), attentats de novembre 2015, COP21 (décembre 2015), Hackathon Nec Mergitur (janvier 2016), exercice EU Sequana (février 2016), crue de la Seine de juin 2016, Euro de foot (juillet 2016). La deuxième année doit déboucher sur des recommandations et un prototype ou la rédaction d’un cahier des charges, au regard de la nouvelle application nationale d’alerte, le Système d’Alerte et d’Information aux Populations (SAIP).

Porteur

Samuel Rufat
Maître de conférence en géographie
Habilité à diriger des recherches
Institut Universitaire de France
Université de Cergy-Pontoise
[http://www.parisgeo.cnrs.fr/spip.php?article172&lang=fr]

Crisorsec

Laurence Créton-Cazanave (LATTS/Ecole des Ponts Paris Tech),

Le projet CRISORSEC s’intéresse à l’application numérique du même nom,  qui a pour objectif de faciliter les échanges d’information en temps réel et à distance entre tous les partenaires potentiels lors la gestion de crises (privés et publics, répartis sur un grand territoire).
Crisorsec fait l’objet de questionnements internes à la Zone de Défense et de Sécurité sur son utilité, sa forme, ses usages, ses limites et ses effets pervers éventuels. Les discours internes à son propos mettent à jours des lignes de rupture dans la façon de voir le positionnement de la Zone et ses missions.
Articulant sociologie pragmatique et géographie relationnelle, nous avons considéré le dispositif socio-technique Crisorsec dans ses dimensions spatiales et temporelles, comme l’incarnation technique de certains des enjeux de la Zone en termes d’action. Par sa forme, ses usages et les discours qu’il génère, Crisorsec donne une forme saisissable à certaines problématiques qui traversent la Zone et ses relations avec ses partenaires. Afin de saisir l’objet de manière équilibrée, nous avons travaillé à mettre en regard trois dimensions du dispositif :
·      « en principe » : tel qu’il a été pensé, imaginé ;
·      « en pratique » : tel qu’il prend forme dans les environnements techniques et organisationnels de ses utilisateurs ;
·      « en situation » : tel qu’il est mobilisé lors d’événements et des crises.
Pour ce faire, l’étude porte tant sur les documents liés au développement de l’application et les fichiers de connexion (log). Nous avons fait des observations in situ dans des salles de crise ou à distance, au travers de l’application elle-même (notamment pendant les attentats de novembre et la COP21). On rajoute à cela de nombreuses discussions informelles au sein de la zone de défense, et des entretiens avec des producteurs et utilisateurs de Crisorsec. Ces données ont été recueillies lors d’événements prévus (COP 21, Euro 2016…) ou imprévus (notamment lors des attentats du 13 novembre 2015 ). L’analyse des données est en cours et devrait être achevée courant 2017.

Uncertain

Du fait de la complexité du système socio-technique francilien, en particulier du rôle des réseaux critiques, les perturbations déclenchées par des aléas localisés peuvent devenir systémiques. Ubiquistes et transcalaires, avec des effets décalés dans le temps et l’espace, elles produisent non seulement des dommages matériels colossaux à l’échelle des zones impactées par l’aléa de départ mais sont à l’origine d’une paralysie du système territorial dans son ensemble.

Ce type de risque est illustré par une crue majeure de la Seine et de ses affluents. En cas d’occurrence de ce type d’événement, alors même que la crise paraît inéluctable du fait du caractère limité des solutions de mitigation et de protection, l’imprévisible et l’imprévu ne sont plus conjoncturels mais structurels. Les formes d’incertitudes sont multiples : elles couvrent l’ignorance par manque de données ou d’outils, l’imprévisibilité de certains processus physiques  (par exemple la possibilité de prévoir le déroulé de la crue longtemps à l’avance), l’imprévu ordinaire des crises, mais également l’imprévisibilité structurelle liée à la complexité des systèmes socio-techniques et du système territorial métropolitain qui rend difficile l’anticipation alors même que la crise attendue se prolongera dans le temps.

Le projet UNCERTAIN vise alors à comprendre comment l’incertitude est effectivement prise en compte par les différents acteurs du territoire. Il se concentre en particulier sur l’intégration de cette incertitude dans la planification et sur les adaptations mises en œuvre pendant la gestion et la sortie de crise.

Magali Reghezza-Zitt (ENS Ulm)