Archives de catégorie : Projets de recherche

IMPRO

Anouck ADROT

Le projet IMPRO étudie la façon dont les organisations de la zone d’Ile de France gèrent ensemble la survenue d’évènements imprévus et, parfois, hors normes.
Le projet s’appuie sur des méthodologies qualitatives (codage de données qualitatives collectées par des entretiens et des observations) et quantitatives (analyse statistique et de réseau) permettant d’étudier la zone dans son ensemble, le contexte inter-organisationnel, ainsi que les interactions entre les organisations qui la composent. En se concentrant sur des évènements dont le niveau de criticité est certain, le projet IMPRO vise à répondre aux questions de recherche suivantes :
1.      Comment les organisations adaptent-elles leur coordination à la survenue d’un événement imprévu ?
2.      Quelles difficultés peuvent émerger de cette confrontation à l’imprévu ?
3.      Quelles sont les implications de ces difficultés sur les organisations ?
Nous abordons ces questions selon plusieurs niveaux d’analyse : les individus, les groupes, les organisations et l’ensemble des organisations.

The IMPRO project analyzes how organizations within the Ile de France zone deal with unexpected – and somewhat unexepectable – events in a collaborative manner.
We rely on qualitative methods (coding of qualitative data collected by interviews and observations) as well as quantitative methods (statistical analysis and network analysis). This methodological combination allows a comprehensive analysis of the zone, its context, as well as interactions between organizations within the zone. By focusing on critical events, IMPRO aims to address three research questions:
1. How do organizations adapt their coordination patterns when an unexpected event surges ?
2. What are the difficulties related to their tackling of the unexpected ?
3. How do these difficulties impact organizational life ?
We approach these questions through multiple analysis units: individuals, groups, organizations and the whole zone.

URBARISQ

Valérie November (Directrice de recherche CNRS, LATTS École des Ponts)

Ce projet cherche à caractériser les risques urbains par rapport aux autres types de risques appelés risques naturels, technologiques majeurs, sociaux, etc. L’objectif est de déterminer s’il s’agit d’une catégorie supplémentaire qu’il conviendrait de gérer différemment ou si les risques urbains ne peuvent être considérés qu’au travers de ces catégories et que la seule différence provient du fait qu’ils se produisent dans des contextes urbains.

Étroitement corrélé à ce premier volet de réflexion, il s’agit également de réfléchir au rôle de la cinétique des crises : ne pousse-t-elle pas à définir les risques différemment, et a fortiori, proposer des formes d‘organisation différentes ? Cette réflexion vise ainsi à qualifier la notion de risque urbain et à proposer des modalités de gestion qui pourraient déboucher sur de nouvelles priorisations. Et ce, à partir des observations des pratiques des professionnels de la gestion de crise.

Durant la première année de recherche (1er septembre 2015- juin 2016), le projet Euridice s’est attaché à examiner différents événements qui se sont produits et pour lesquels la zone de défense a joué un rôle, soit de coordination, soit de planification.

Les événements examinés relèvent de registres différents, qu’on peut d’abord partager entre les événements prévus, c’est-à-dire planifiés longuement à l’avance et les événements imprévus, c’est-à-dire ceux dont on imagine qu’ils pourraient se produire, mais sans savoir quand :

  • grandes manifestations prévues (2) : en décembre 2015, la COP21 a fait l’objet d’une préparation de longue date, des réunions de coordination entre les différents acteurs ont eu lieu, une anticipation importante a pu avoir lieu ; en juin 2016, l’Euro2016 a été au centre d’une attention nationale. Nous avons porté notre attention sur les 12 matchs joués à Paris (Parc des Princes et Stade de France).
  • exercices prévus (1) : en mars 2016, l’exercice EU Sequana, dont la préparation a démarré en 2014, a également été l’occasion d’une important coordination entre les acteurs, doublé d’une préparation par l’écriture du scénario et d’un effort considérable de mobilisation des partenaires sur l’Ile-de-France (publics et privés) ;
  • événements imprévus d’importance (2) : en novembre 2015, les attentats dans plusieurs lieux de Paris ; fin mai-début juin 2016, la crue de la Seine.
  • événements imprévus mineurs (3) : manifestation des agriculteurs en septembre 2015, grève des taxis en janvier2016, crise des hydrocarbures en mai 2016.

Au-delà de la variété des événements (prévus/imprévus ; mineurs ou d’importance ; simulation ou vie réelle), il faut noter la grande diversité des risques que la zone a comme mission de gérer s’ils se produisent : risques naturels (avec le risque d’inondation), risques dit sociaux (avec la menace d’attentats terroristes, menace de grèves nationales), risques technologiques (avec l’approvisionnement en hydrocarbures), risques sanitaires (pollution atmosphérique, etc.). Il faut noter que les événements se succèdent et peuvent interférer avec un événement déjà en cours (par exemple crise des hydrocarbures avec la crue de la Seine en mai-juin 2016). Cette perspective multirisque est en enjeu particulièrement important car il nécessite à la fois des compétences de gestion de crise globale (peu importe la nature du risque) et des connaissances spécifiques sur la dynamique spatiale et temporelle du risque en question.

Une autre caractéristique, qui a pu être très bien observée durant cette première année, c’est que tous les risques se déploient sur plusieurs échelles géographiques et administratives simultanément. Par exemple, les risques identifiés lors de l’Euro2016 concernaient à la fois la problématique locale liée à la fréquentation de la Fan Zone (Champs de Mars ou Seine-St-Denis), la problématique parisienne avec la gestion des flux de spectateurs/hooligans et, enfin, la problématique nationale avec le fait que plusieurs matchs se jouaient simultanément dans plusieurs villes de France et que même lorsqu’aucun match ne se jouait à Paris, les Fan Zone pouvaient être remplies, selon si l’équipe de France jouait ou non). Autrement dit, l’événement a été piloté simultanément au niveau national (CIC Beauvau), au niveau des préfectures concernées, et au niveau zonal pour Paris (à la fois implication des services centraux de la Préfecture du Police et son COPP et les services zonaux et son CCZ). Chaque événement nécessite ainsi une coordination entre acteurs (qui n’est jamais gagnée à l’avance, même si un noyau d’acteurs commence à bien se connaître étant donné qu’ils sont mobilisés pour chaque crise), et chaque événement a également un périmètre[1], une étendue[2] et une dynamique temporelle qui varient. Aussi à chaque fois c’est un collectif[3] qui se met en place dont les périmètres, l’étendue et la temporalité ne sont jamais acquis et en évolution permanente.

Dès lors, au vu des configurations extrêmement entremêlées (à la fois au niveau des risques gérés, des échelles spatiales concernées et des cinétiques diverses) qui sont à l’œuvre dans la gestion des risques et des crises que la Zone prend en charge, l’objectif de l’année 2 sera de proposer une analyse de ces événements et risques – ces collectifs en construction permanente – , en focalisant l’attention sur les articulations entre ces différents risques, les temporalités et les spatialités activées… cette analyse devrait alors permettre de clarifier la notion de risque urbain et de proposer des modalités de gestion ad hoc.

[1] Périmètre (aire) : déployement spatiale de la source de risque. Par exemple les zones inondables.

[2] Etendue : employé pour les espaces non-contigus à la source du risque, mais impactés par ceux-ci. Par exemple les zones de fragilité électrique.

[3] Le mot collectif est ici employé au sens d’une organisation socio-technique articulant monde social (les acteurs), mondes techniques (les nombreux outils de gestion et de coordination des risques) et les phénomènes en cours (les risques).

Evacuation

Kenji Kenduki (Université Lyon 3) développe une méthode d’identification, d’évaluation et de cartographie
des populations à évacuer selon des critères
socio-économiques.

Le projet vise à développer, en collaboration avec le bureau planification du SGZDS, une méthodologie sous SIG permettant d’estimer les besoins de prise en charge des populations à domicile, lors d’une évacuation massive. Cette méthodologie  comprend trois objectifs complémentaires : (1) identifier les territoires devant faire l’objet d’une consigne d’évacuation, selon le scénario d’inondation et selon la doctrine d’évacuation retenue ; (2) estimer au sein de ces territoires le nombre de personnes à évacuer, et parmi celles-ci les personnes qui sont susceptibles de ne pas évacuer ; (3) estimer le nombre de personnes qui risquent de ne pas pouvoir trouver un hébergement par leurs propres moyens, et qui doivent donc faire l’objet d’une prise en charge par les dispositifs collectifs d’hébergement d’urgence. L’intérêt de cette méthodologie, du point de vue du SGZDS, est double : (1) développée sous S.I.G. (à l’échelle du bâtiment), elle permet d’identifier dans l’espace les quartiers et communes prioritaires, et donc de répartir sur un plan géographique les moyens à mobiliser par le SGZDS. (2) Elle permet de quantifier les besoins de prise en charge des populations, en termes d’assistance aux évacuations (besoins en transports en commun notamment), mais aussi en termes d’hébergements collectifs. Ces besoins sont fonction de la doctrine d’évacuation de la préfecture de police : la méthodologie permet donc de connaître l’impact de la doctrine sur ces besoins, et de calibrer celle-ci en fonction des résultats obtenus, afin de faire correspondre aux besoins les moyens disponibles.

Cascade

Servane Gueben-Venière (Labex Futurs Urbains/Université Paris Est)

CASCADE examine la prise en compte des effets de cascade (ou effets dominos) dans les interactions entre la préfecture de police de Paris et ses 250 partenaires lors de la gestion de crises.

La caractéristique essentielle des effets dominos consiste à provoquer des conséquences en chaîne. De façon générale, ces derniers ont été étudiés principalement d’un point de vue technique, en examinant l’aléa déclencheur puis ses conséquences négatives sur les infrastructures critiques. Pourtant d’autres facteurs organisationnels, humains ou culturels peuvent déclencher des effets dominos en situation de crise. Ainsi le premier objectif du projet CASCADE est d’identifier ces facteurs et plus particulièrement d’analyser la façon dont les grands acteurs de la gestion des crises se représentent leur mission et la notion de crise, pour voir quelles répercussions celles-ci peuvent avoir sur leurs pratiques de gestion de crise.

La seconde question repose sur l’interprétation de la caractéristique fondamentale des effets dominos : provoquer des conséquences en chaîne. Si celle-ci a presque systématiquement été associée à des conséquences négatives, elle peut aussi être comprise comme mécanisme positif : en utilisant leur principale caractéristique de provocation de conséquences en chaîne, il est aussi possible d’imaginer des effets dominos positifs qui ne seraient plus subis ou redoutés, mais « activables ». Par conséquent, la seconde question peut se résumer ainsi : les effets dominos peuvent-ils aussi être envisagés comme un outil de gestion pour engager et accélérer le retour à la normale ? L’objectif n’est donc plus seulement de savoir comment éviter un effet domino, mais comment et surtout quand activer son processus pour obtenir l’effet escompté au moment voulu.

Pour répondre à ces deux questions (nature de l’élément déclencheur de l’effet domino et capacité à « actionner » des effets dominos positifs), deux types de crise ont été retenus et observés : les crises à cinétique lente telle la survenue d’une crue majeure de la Seine, qui peut prendre plusieurs jours voire plusieurs semaines pour atteindre le pic de crue (crue de la Seine, du Loing et de l’Yonne en juin 2016) ; et les crises à cinétique rapide telle l’attaque terroriste, qui se joue en quelques minutes voire quelques heures pour les attaques multi-situées (Attentats du 13 novembre 2015 à Saint-Denis et à Paris).

Carto-MSGU

 

La cartographie de crise vise à saisir et diffuser l’information géographique la plus actualisée possible pour avoir une vision complète de la crise en temps réel. Elle est à la fois le support de la remontée d’information vers les cellules de crise, un outil d’aide à la décision et un vecteur de redescente ou de diffusion de l’information vers l’ensemble des acteurs et du public. Avec l’essor de la cartographie participative, tous les internautes peuvent apporter la donnée manquante. Et avec les réseaux sociaux, il est possible d’avoir très rapidement un aperçu de la situation avec des médias (images, vidéo) géolocalisés, tout comme de diffuser très largement des messages ciblés à l’intention des populations. Il s’agit de la circulation de l’information en temps réel en situation d’urgence ou de crise, de l’utilisation des supports cartographiques pour diffuser ou traiter cette information, et de l’effectivité de l’ouverture de la gestion de crise à l’ensemble des citoyens.

La première année, ce projet a reposé sur l’observation de plusieurs temps forts : ECOP15 (octobre 2015), attentats de novembre 2015, COP21 (décembre 2015), Hackathon Nec Mergitur (janvier 2016), exercice EU Sequana (février 2016), crue de la Seine de juin 2016, Euro de foot (juillet 2016). La deuxième année doit déboucher sur des recommandations et un prototype ou la rédaction d’un cahier des charges, au regard de la nouvelle application nationale d’alerte, le Système d’Alerte et d’Information aux Populations (SAIP).

Porteur

Samuel Rufat
Maître de conférence en géographie
Habilité à diriger des recherches
Institut Universitaire de France
Université de Cergy-Pontoise
[http://www.parisgeo.cnrs.fr/spip.php?article172&lang=fr]

Crisorsec

Laurence Créton-Cazanave (LATTS/Ecole des Ponts Paris Tech),

Le projet CRISORSEC s’intéresse à l’application numérique du même nom,  qui a pour objectif de faciliter les échanges d’information en temps réel et à distance entre tous les partenaires potentiels lors la gestion de crises (privés et publics, répartis sur un grand territoire).
Crisorsec fait l’objet de questionnements internes à la Zone de Défense et de Sécurité sur son utilité, sa forme, ses usages, ses limites et ses effets pervers éventuels. Les discours internes à son propos mettent à jours des lignes de rupture dans la façon de voir le positionnement de la Zone et ses missions.
Articulant sociologie pragmatique et géographie relationnelle, nous avons considéré le dispositif socio-technique Crisorsec dans ses dimensions spatiales et temporelles, comme l’incarnation technique de certains des enjeux de la Zone en termes d’action. Par sa forme, ses usages et les discours qu’il génère, Crisorsec donne une forme saisissable à certaines problématiques qui traversent la Zone et ses relations avec ses partenaires. Afin de saisir l’objet de manière équilibrée, nous avons travaillé à mettre en regard trois dimensions du dispositif :
·      « en principe » : tel qu’il a été pensé, imaginé ;
·      « en pratique » : tel qu’il prend forme dans les environnements techniques et organisationnels de ses utilisateurs ;
·      « en situation » : tel qu’il est mobilisé lors d’événements et des crises.
Pour ce faire, l’étude porte tant sur les documents liés au développement de l’application et les fichiers de connexion (log). Nous avons fait des observations in situ dans des salles de crise ou à distance, au travers de l’application elle-même (notamment pendant les attentats de novembre et la COP21). On rajoute à cela de nombreuses discussions informelles au sein de la zone de défense, et des entretiens avec des producteurs et utilisateurs de Crisorsec. Ces données ont été recueillies lors d’événements prévus (COP 21, Euro 2016…) ou imprévus (notamment lors des attentats du 13 novembre 2015 ). L’analyse des données est en cours et devrait être achevée courant 2017.

Uncertain

Du fait de la complexité du système socio-technique francilien, en particulier du rôle des réseaux critiques, les perturbations déclenchées par des aléas localisés peuvent devenir systémiques. Ubiquistes et transcalaires, avec des effets décalés dans le temps et l’espace, elles produisent non seulement des dommages matériels colossaux à l’échelle des zones impactées par l’aléa de départ mais sont à l’origine d’une paralysie du système territorial dans son ensemble.

Ce type de risque est illustré par une crue majeure de la Seine et de ses affluents. En cas d’occurrence de ce type d’événement, alors même que la crise paraît inéluctable du fait du caractère limité des solutions de mitigation et de protection, l’imprévisible et l’imprévu ne sont plus conjoncturels mais structurels. Les formes d’incertitudes sont multiples : elles couvrent l’ignorance par manque de données ou d’outils, l’imprévisibilité de certains processus physiques  (par exemple la possibilité de prévoir le déroulé de la crue longtemps à l’avance), l’imprévu ordinaire des crises, mais également l’imprévisibilité structurelle liée à la complexité des systèmes socio-techniques et du système territorial métropolitain qui rend difficile l’anticipation alors même que la crise attendue se prolongera dans le temps.

Le projet UNCERTAIN vise alors à comprendre comment l’incertitude est effectivement prise en compte par les différents acteurs du territoire. Il se concentre en particulier sur l’intégration de cette incertitude dans la planification et sur les adaptations mises en œuvre pendant la gestion et la sortie de crise.

Magali Reghezza-Zitt (ENS Ulm)

Archimède

Ce projet est mené par Jonathan Fayeton, dans le cadre d’un travail de thèse, dirigée par Valérie November et d’Olivier Borraz et financée par l’Ecole des Ponts.

Une crue majeure de la Seine constitue le principal risque dit « naturel » en Île-de-France. Interrompant en grande partie les réseaux qui structurent la métropole francilienne (transports en commun, circulation automobile, électricité, télécommunication, eau, assainissement, chauffage urbain…), un tel événement aurait de lourdes conséquences sur la vie économique, sociale et politique. Pour se préparer à y faire face, les pouvoirs publics et les acteurs privés organisent des exercices de gestion de crise lors desquels ils simulent conjointement une crue et la mise en oeuvre de leurs procédures d’urgence.

Il se joue, au cours de ces exercices, bien plus qu’un simple entraînement des cellules de crise. La connaissance du risque progresse, la sensibilisation du public augmente, la coordination des acteurs impliqués s’améliore. Pendant et en marge du jeu, les acteurs redéfinissent leurs missions, leur périmètres et leurs priorités en temps de crise et en temps normal. L’objectif de ce travail de recherche est ainsi d’étudier les exercices de gestion de crise au delà de la phase de jeu, afin de saisir l’ensemble de leurs effets à l’échelle de la métropole francilienne.

contact : jonathan.fayeton@enpc.fr