Cascade

Servane Gueben-Venière (Labex Futurs Urbains/Université Paris Est)

CASCADE examine la prise en compte des effets de cascade (ou effets dominos) dans les interactions entre la préfecture de police de Paris et ses 250 partenaires lors de la gestion de crises.

La caractéristique essentielle des effets dominos consiste à provoquer des conséquences en chaîne. De façon générale, ces derniers ont été étudiés principalement d’un point de vue technique, en examinant l’aléa déclencheur puis ses conséquences négatives sur les infrastructures critiques. Pourtant d’autres facteurs organisationnels, humains ou culturels peuvent déclencher des effets dominos en situation de crise. Ainsi le premier objectif du projet CASCADE est d’identifier ces facteurs et plus particulièrement d’analyser la façon dont les grands acteurs de la gestion des crises se représentent leur mission et la notion de crise, pour voir quelles répercussions celles-ci peuvent avoir sur leurs pratiques de gestion de crise.

La seconde question repose sur l’interprétation de la caractéristique fondamentale des effets dominos : provoquer des conséquences en chaîne. Si celle-ci a presque systématiquement été associée à des conséquences négatives, elle peut aussi être comprise comme mécanisme positif : en utilisant leur principale caractéristique de provocation de conséquences en chaîne, il est aussi possible d’imaginer des effets dominos positifs qui ne seraient plus subis ou redoutés, mais « activables ». Par conséquent, la seconde question peut se résumer ainsi : les effets dominos peuvent-ils aussi être envisagés comme un outil de gestion pour engager et accélérer le retour à la normale ? L’objectif n’est donc plus seulement de savoir comment éviter un effet domino, mais comment et surtout quand activer son processus pour obtenir l’effet escompté au moment voulu.

Pour répondre à ces deux questions (nature de l’élément déclencheur de l’effet domino et capacité à « actionner » des effets dominos positifs), deux types de crise ont été retenus et observés : les crises à cinétique lente telle la survenue d’une crue majeure de la Seine, qui peut prendre plusieurs jours voire plusieurs semaines pour atteindre le pic de crue (crue de la Seine, du Loing et de l’Yonne en juin 2016) ; et les crises à cinétique rapide telle l’attaque terroriste, qui se joue en quelques minutes voire quelques heures pour les attaques multi-situées (Attentats du 13 novembre 2015 à Saint-Denis et à Paris).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *