Crisorsec

Laurence Créton-Cazanave (LATTS/Ecole des Ponts Paris Tech),

Le projet CRISORSEC s’intéresse à l’application numérique du même nom,  qui a pour objectif de faciliter les échanges d’information en temps réel et à distance entre tous les partenaires potentiels lors la gestion de crises (privés et publics, répartis sur un grand territoire).
Crisorsec fait l’objet de questionnements internes à la Zone de Défense et de Sécurité sur son utilité, sa forme, ses usages, ses limites et ses effets pervers éventuels. Les discours internes à son propos mettent à jours des lignes de rupture dans la façon de voir le positionnement de la Zone et ses missions.
Articulant sociologie pragmatique et géographie relationnelle, nous avons considéré le dispositif socio-technique Crisorsec dans ses dimensions spatiales et temporelles, comme l’incarnation technique de certains des enjeux de la Zone en termes d’action. Par sa forme, ses usages et les discours qu’il génère, Crisorsec donne une forme saisissable à certaines problématiques qui traversent la Zone et ses relations avec ses partenaires. Afin de saisir l’objet de manière équilibrée, nous avons travaillé à mettre en regard trois dimensions du dispositif :
·      « en principe » : tel qu’il a été pensé, imaginé ;
·      « en pratique » : tel qu’il prend forme dans les environnements techniques et organisationnels de ses utilisateurs ;
·      « en situation » : tel qu’il est mobilisé lors d’événements et des crises.
Pour ce faire, l’étude porte tant sur les documents liés au développement de l’application et les fichiers de connexion (log). Nous avons fait des observations in situ dans des salles de crise ou à distance, au travers de l’application elle-même (notamment pendant les attentats de novembre et la COP21). On rajoute à cela de nombreuses discussions informelles au sein de la zone de défense, et des entretiens avec des producteurs et utilisateurs de Crisorsec. Ces données ont été recueillies lors d’événements prévus (COP 21, Euro 2016…) ou imprévus (notamment lors des attentats du 13 novembre 2015 ). L’analyse des données est en cours et devrait être achevée courant 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *